Warning: Declaration of TCB_Menu_Walker::walk($elements, $max_depth) should be compatible with Walker::walk($elements, $max_depth, ...$args) in /home/physikat/public_html/wp-content/plugins/thrive-leads/tcb/inc/classes/class-tcb-menu-walker.php on line 0
Detox d’Oestrogènes – Ce Qu’On Oublie Le Plus Souvent – PhysikAthletik

Detox d’Oestrogènes – Ce Qu’On Oublie Le Plus Souvent

Je parlais avec une amie récemment qui voulait perdre du poids. À ma très grande surprise (pas vraiment), elle voulait surtout perdre du gras sur les fesses et les hanches.

Ces zones sont souvent associées à un dysfonctionnement des divers mécanismes de detox des oestrogènes.

Les coachs, nutritionnistes, naturothérapeute et autres intervenants qui sont au fait de ce phénomène vont souvent recourir à des suppléments alimentaires pour régler ce problème.

Certains sont excellents, d'autres moins, particulièrement les imitations à bas prix.

Reste que cette stratégie devrait faire partie d'un ensemble plus larges d'interventions au niveau des habitudes de vie et surtout alimentaires.

Et c'est ça que les gens oublient le plus souvent - les bases.

Les Bases

C'est certainement plus facile d'avoir l'air connaissant et expert de dire à une cliente de prendre 2 caps par repas d'un produit X que de recourir à une méthode bien connue mais pas mal moins sexy comme prendre plus de fibres alimentaires.

Quoi, des fibres pour avoir des plus belles fesses? Hé oui....

Voyez-vous, le corps produit des hormones, et après utilisation celles-ci doivent être récupérées ou excrétées (sorties du corps autrement dit).

Dans le cas des oestrogènes, la plupart sont excrétées dans les selles, et les fibres font partie du processus.

Elles servent en quelque sorte de velcro pour que les hormones puissent sortir avec le reste. Donc sans un bon apport de fibres, bonne chance pour avoir des résultats à bourrer le monde de DIM ou de calcium-D-Glucarate.

La bonne manière de commencer ce processus est de passer par l'alimentation.

L'Alimentation

On sait que les légumes de la famille de Brassicacées (anciennement les crucifères) sont non seulement riches en fibres, mais de plus contiennent une foule de molécules bénéfiques pour la santé des humains, donc le indole-3-carbinol, qui, s'il est bien mastiqué, se transforme en DIM.

Est-ce que ça veut dire de faire prendre 4 tasses de chou-fleur par jour à une fille de 100 lbs mouillées? NON! Est-ce que ça justifie de faire manger poulet/brocoli tous les jours durant 3 mois? Non plus... Ni même pour une semaine, à moins que votre coach manque totalement d'imagination et/ou de compétence

Ce que ça veut dire, c'est que la première étape devrait être d'augmenter graduellement la consommation de légumes, de choisir des légumes de la famille des brassicacées, et d'ajouter, graduellement encore, une certaine quantité de fibres dans l'alimentation.

Une fois que c'est en place, une fois que l'intestion est habitué à ce processus et que le reste de la digestion/absorption/élimination va bien, on peut penser à des produits de qualité pour aider à éliminer les oestrogènes SI, et seulement SI le corps a de la misère à faire sa job une fois que le processus a été optimisé par l'alimentation et les habitudes de vie.

Simplifier Oui, Mais...

Ah, et pendant que j'y pense: petit truc aux coachs qui veulent éliminer la cellulite de leurs clientes en les bourrant de trucs pour réguler l'oestrogène: cette hormone n'est qu'une des 4 causes connues de la cellulite, donc vous avez 25% de chance d'avoir un résultat passable à bon si vous ne connaissez par les autres et ne sachez pas les régler adéquatement.

Donc svp, éviter de constiper vos clients en leur faisant avaler des fibres en trop grande quantité trop vite, éviter leur des désagréments et de l'argent gâché en mettant en place les bonnes stratégies de gestion saine des oestrogènes et surtout soyez à l'écoute de leur corps. On ne réagit pas tous de la même façon......

Leave a Comment